La spécialité sauvetage-déblaiement du SDIS 31

En Haute-Garonne, des unités spécialisées sont prêtes à intervenir en complément des secours d'urgence traditionnels, lorsque la situation l’impose. Elles sont composées de sapeurs-pompiers formés et entraînés à faire face aux risques particuliers du département. Les sauveteurs déblayeurs sont les spécialistes des situations complexes et inattendues.

Stage SDE

 © SDIS 31 / Jacques Thienpont

Aux origines…

Cette spécialité opérationnelle est née à la suite des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Afin de secourir les victimes emmurées, ensevelies ou difficiles d’accès, il a fallu développer des techniques de recherche, localisation et d’extraction spécifiques.

Leurs types d’intervention

La spécialité sauvetage déblaiement doit pouvoir répondre à tous types de catastrophes mettant notamment en cause les structures bâtimentaires suite à :

  • des évènements climatiques (tempêtes, inondations, …) ;
  • des mouvements de terrain (glissement, effondrement, coulées de boues, …) ;
  • des effondrements de bâtiments suite à une explosion, un feu, la vétusté des locaux ;
  • des accidents de chantier, de mode de transport aérien ou ferroviaire ;
  • des séismes.

Ils peuvent également intervenir pour mettre en place des techniques spécifiques lorsque l’évacuation de victimes de bâtiments s’avère impossible avec les méthodes de prise en charge classique.

Intervention SDE

© SDIS 31 / Jacques Thienpont

Leurs missions

Les sauveteurs déblayeurs utilisent des outils et des techniques qui leur permettent de découper des murs de toute nature pour accéder aux victimes, de les localiser au moyen d’appareils d’écoute et de caméras flexibles, de soulever des masses importantes comme des éléments de construction ou des moyens de transport imposant, de soutenir des éléments de construction en les étayant. Ils sont formés et entraînés pour effectuer la protection urgente de zones dangereuses et la consolidation de constructions.

Dans le cadre des opérations de secours, ils peuvent être secondés d’équipes médicales, cynotechniques, de spécialistes en milieux périlleux ou en risques technologiques.

Leur fonctionnement

En Haute-Garonne, 120 spécialistes issus de tous les centres d’incendie et de secours sont mobilisables. Parmi eux, une dizaine de spécialistes en risques bâtimentaires sont aussi en mesure d’évaluer la dangerosité des sites pour les occupants, les intervenants et les curieux.

Sur le terrain, ils sont organisés en unités d’intervention comprenant 6 à 10 sapeurs-pompiers dont le responsable est amené à conseiller le commandant des opérations de secours et les autorités locales.

Une unité peut être constituée de sapeurs-pompiers titulaires des unités de valeurs réparties en 4 emplois :

  • SDE 1 : sauveteur-déblayeur ;
  • SDE 2 : chef d’unité sauveteur-déblayeur ;
  • SDE 3 : chef de section sauveteur-déblayeur ;
  • SDE 3 : conseiller technique sauveteur-déblayeur.

À la suite d’une formation initiale d’une semaine à quinze jours, ils remettent régulièrement leurs connaissances à niveau localement ou lors de manœuvres avec d’autres spécialistes du sud de la France.

En Haute-Garonne, deux casernes sont les centres supports de la spécialité, celles de Ramonville Buchens et de Cazères.

Des interventions marquantes !

En Haute-Garonne, nos spécialistes sont intervenus lors de plusieurs événements :

  • L’effondrement de l’hôtel Antoine à Toulouse en 1999 ;
  • L’explosion de l’usine AZF en 2001 ;
  • L’explosion de gaz dans le quartier Empalot à Toulouse en 2002 ;
  • Et plus récemment pour les inondations de Saint-Béat en 2013.